Nom

Poireau perpétuel d’hiver, poireau des vignes, barraganes (Allium ampeloprasum)


 

Intérêts

- culinairement le meilleur poireau d’hiver ! Avec un goût beurré, plus doux et plus parfumé que les poireaux  “à teigne” de type nantais, habituellement cultivés par les maraîchers et dont il faut jeter la moitié verte, quand ce n’est pas la blanche attaquée par les vers,

- cultivés en association se révèle résistant à la teigne du poireau,

- disparait début juillet, revient à l’automne 4 à 5 fois plus nombreux,

- reproduction par voie végétative et sexuée.


 

Inconvénients

- poireau de petite taille (gros comme un crayon)

- feuillage fibreux à l’approche de la montaison


 

Récolte :

- couper le fût quelque centimètres au dessus du sol pour lui permettre de repartir (ne pas arracher la plante)


 

Culture

- situation semi-ombragée

- plantation des bulbes ou bulbilles à 10 cm d’intervalle au moins, à 1 ou 2 cm de profondeur, en association avec d’autres légumes, en sol riche, drainé. Ne supporte pas l’accumulation d’eau.

- division après déssèchement de la hampe florale uniquement, arrachage des gousses avec recherche de toutes les bulbilles suspendues aux racines, séparation des caïeux.

  Les bulbes doivent être plantés la racine orientée en bas, germe en haut.

Compter au moins 400 plants pour alimenter une petite famille.

 

Poireaux Sauvages  

Photo: http://www.lakko.fr/sites-internet.html

 

Où s’en procurer :

- en été à la banque de graine : http://bdpalsace.fr/tiki-read_article.php?articleId=25

-  partout dans la nature en juillet. Voir : http://bdpalsace.fr/tiki-read_article.php?articleId=72

   On trouve une centaine de bulbille sur chaque tête de poireau, et on en récolte facilement une centaine en une heure, de quoi donner 10 000 poireaux gratuitement !




Christophe KÖPPEL