Les propriétés du pollen, en tant qu’aliment-santé, ne sont plus à démontrer. Mais il n’est possible d ‘en bénéficier totalement que si la membrane extérieure, extrêmement résistante, qui protège les grains, est préalablement éclatée (....) ce qui permet de libérer une plus grande quantité de vitamines, d’oligo-éléments, de lipides, de sucres, d’enzymes et d’acides aminés.

Le pollen est particulièrement résistant. II peut rester intact pendant des millénaires. C’est cette particularité qui permet aux archéologues, par exemple, de dater leurs découvertes. II est également résistant aux sucs digestifs. C’est pourquoi, lorsqu’on le consomme tel quel, environ 1 % seulement des nutriments qu’il contient profitent à l’organisme alors que 99% se retrou­vent dans les selles. (...)

La lacto-fermentation fait-éclater les mem­branes des grains de pollen : Ce dernier pro­cédé repose sur la macération du pollen avec des bactéries de type lactique. Pour survivre, les bactéries lactiques ont en effet besoin de se nourrir de sucre ou d’amidon, ce qui va entraîner la dégradation partielle de la membrane protectrice du pol­len et permettre ainsi son assimila­tion complète par l’organisme. Enfin, les bactéries assurent la protection contre les micro-organismes patho­gènes grâce à l’acidification provo­quée par la lacto-fermentation, cette ;’ propriété se conserve dans l’orga­nisme après absorption et élimine les ’ mauvaises bactéries de l’intestin.

L’analyse chimique du pollen indique une richesse exceptionnelle en acides aminés essentiels, sels miné­raux, vitamines, enzymes, hormones de croissance...Le pollen est reconnu pour son action bénéfique sur tous les pro­blèmes digestifs (constipation, diar­rhée, ballonnements). Hautement nutritif, il est également recommandé dans les cas de fatigue générale ou de manque d’appétit.

Enfin, le pollen favorise le stockage du glycogène dans le foie et augmente le pouvoir de détoxification de ce dernier. Toutes ces propriétés, et bien d’autres, se trouvent multipliées par la lacto-fermentation.

 

Facultés intellectuelles et mémoire

Parmi les nutriments présents dans le pollen, citons en particulier le tryp­tophane, un acide aminé, qui a notamment montré sa capacité à sti­muler les facultés intellectuelles et à balayer les fatigues physiques et psychiques. II sera donc particulière­ment efficace chez les enfants atteints de fatigue scolaire et intel­lectuelle et chez les personnes âgées qui souffrent de troubles de la mémoire et de la concentration.

 

Pollen et cancer

En traitement hospitalier l’action thérapeutique du régime au pollen a amené le milieu hospitalier à s’intéresser à son utilisation, en parti­culier le professeur Peter Hernuss de la Clinique universitaire de Vienne. À l’occasion d’un essai, plusieurs femmes atteintes de cancers des organes génitaux ont été soumises au régime pollen en plus des irradia­tions. Un groupe témoin a reçu, quant à lui, les mêmes irradiations mais sans régime pollen. Le bilan de cette expérimentation a révélé que le pollen provoque une augmentation des globules rouges. La globuline est également sensiblement augmentée, signe de stimulation du système immunitaire. Le taux de transami­nases du foie s’est stabilisé tout au long du protocole. Par ailleurs, le pol­len agissant sur le métabolisme des graisses, le taux de cholestérol a été abaissé de façon significative. Selon les patientes enfin, le pollen a « visi­blement diminué les effets secon­daires de l’irradiation ».Des savants Suédois ont, par ailleurs, découvert que le pollen agis­sait également sur les prostatites chroniques. Le traitement a été intro­duit dans plusieurs cliniques sué­doises, pour être appliqué en priorité dans les traitements postopératoires des adénites de la prostate.

Le pollen lacto-fermenté se prend en cure. En traitement d’attaque, il est préférable de prendre trois fois deux gélules par jour pendant quinze jours. Puis passer à trois fois une gélule par jour pendant deux mois.

( source : http://lavis-sur-la-question.over-blog.com/article-271999.html )

 

La couche extérieure ou exine de la membrane (sporoderme) qui entoure la cellule est formée de cellulose cutinisée, et, de ce fait extraordinait résistante.

Le tube digestif des abeilles qui consomment une grosse quantité de pollen est doté d’une sorte de mini concasseur qui casse les grains de pollen comme nous le faisons pour les noix avec le casse noisette. Les débris du sporoderme sont ensuite régrgités par l’abeille.

Cette partie du tube digestif de l’abeille capable de broyer l’eitine serait faite de chitine, analogue à la substance de soutien des carapaces des cristacées. Cimiquement il s’agit d’un polysaccharide aminé

(source : “Pouvoirs merveilleux du pollen” d’Eric Nigelle)

 

Conclusion :

Plutôt que de vous faire arnaquer en achetant du pollen non assimilable dans les magasins, chez les apiculteurs industriels ou pire, en pharmacie, consommez directement le pollen lacto-fermenté par les abeilles contenus dans les miels des ruches warré et TBH.

En effet lors de la destruction des alvéoles de cire pendant le pressage des rayons, une part très importante du pollen lacto-fermenté et de la propolis sont incorporés au miel.

C’est gratuit, délicieux (vous n’avez pas l’impression d’avaler le contenu du sac de votre aspirateur) et cela n’engraisse pas l’industrie et ses intermédiaires.

Le miel extrait par centrifugation, provenant de ruches industrielles ou de ruches warré à cadres, ne contient par contre aucun pollen lacto-fermenté car celui-ci reste emprisonné dans les cires dedits cadres.

Pollen 1  

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Bee_pollen#mediaviewer/File:Pollen_in_Wabe_31b.jpg’‘

 

On trouve de nombreux articles dans la littérature pour apiculteur :

Article Pollen  

 

Christophe KÖPPEL

CAOS (Club Apicole Open Source) - Strasbourg